La véranda prolonge le confort de l’habitat dans un espace unique, traversé de toute part par la lumière naturelle. Un cadre propice à la détente, à la fois sécurisant et ouvert sur l’extérieur. Très appréciées à la mi-saison, ces extensions du volume habitable subissent parfois de plein fouet les variations de températures extérieures. Les vérandas mal isolées sont ainsi boudées au cœur de l’été et de l’hiver. Chaleur étouffante, climat glacial… Évitez ces désagréments et anticipez l’amélioration des performances de votre véranda avant l’arrivée de la saison froide.

véranda

Les paramètres à considérer avant la construction

Si l’extension est encore en phase de projet, soyez vigilant quant à l’orientation de la véranda, les matériaux employés et les qualifications de l’entreprise choisies pour leur mise en œuvre.

Choisir l’orientation de la véranda

Après avoir considéré les conditions d’accès depuis le logement et les possibilités offertes par le terrain extérieur, le choix risque d’être relativement restreint. Toutefois, dans la mesure du possible, évitez les expositions Sud et Nord qui, dans le premier cas, exposent les parois vitrées à l’effet de serre en été, et dans le second cas, privent l’espace de tout apport de chaleur complémentaire en hiver.

Évaluer les critères de performance

La performance de la toiture est aussi déterminante que celle des parois vitrées en matière de confort thermique. Le coefficient de résistance thermique, R, nous renseigne sur les capacités isolantes du matériau. La valeur de R dépend de la conductivité thermique, c’est-à-dire de la capacité du matériau à diffuser la chaleur et de son épaisseur. Au moment de comparer les produits, gardez en tête que plus R est grand, plus le matériau est isolant.

Pour le vitrage, les valeurs à comparer sont le coefficient de transmission thermique (U) qui traduit sa capacité d’isolation et le facteur solaire qui permet d’anticiper la quantité des apports de chaleur. Il peut être utile de considérer également le coefficient de transmission lumineuse, notamment pour les vitrages les plus isolants qui tendent à réduire la luminosité intérieure.

Faire appel à des professionnels qualifiés

La seule performance des matériaux n’aura que peu d’impact si la qualité de la mise en œuvre n’est pas au rendez-vous. Toute défaillance, notamment au niveau des jonctions entre les différents éléments, constituent autant de ponts thermiques à la merci des variations de la température extérieure. Avant de vous lancer, comparez les devis et évaluez la pertinence du coût total au regard de la qualité des matériaux sélectionnés et de la réputation de l’entreprise sur ce type de travaux.

 

Les améliorations possibles sur les vérandas existantes

Les jardins d’hiver plus anciens n’ont pas tous été conçus dans une optique d’optimisation du confort thermique. La faible performance des vitrages conjuguée aux multiples défaillances causées par l’usure du temps ne permettent pas aux habitants d’exploiter tout le potentiel de cet espace clos.

Pathologies observées sur les vérandas existantes

La multiplicité des défauts d’étanchéité entraîne des phénomènes de condensation et crée un environnement favorable au développement des moisissures. Les infiltrations d’eau menacent par ailleurs la structure même de l’ouvrage, voire celle du bâti adjacent lorsque la liaison a été mal effectuée ou qu’elle s’est détériorée au fil des années. Des détériorations structurelles sont également observées en présence d’un dallage ou des fondations instables.

Poser le bon diagnostic et réaliser les travaux appropriés

Les conséquences des défaillances de la véranda peuvent se limiter à la sensation d’inconfort sans menace sur la durabilité de la structure. Dans ce cas, la rénovation pourra passer par le remplacement de la toiture, le changement des parois vitrées pour un vitrage plus performant ou encore le traitement des défauts d’étanchéité observés en différents points de la véranda. En revanche, si l’ouvrage présente un état de dégradation avancé, une rénovation globale s’impose et la reconstruction doit être envisagée pour les cas les plus extrêmes.

Les astuces pour gagner en confort cet hiver sur sa véranda

Si la période ne se prête pas à la réalisation de travaux, pour des questions pratiques ou de budget, plusieurs astuces peuvent participer à l’amélioration du confort dans la véranda en hiver.

Les rideaux thermiques qui protègent les fenêtres classiques, été comme hiver, sont tout aussi appropriés sur la baie de la véranda. Installés à l’intérieur, ils participent à la conservation de la chaleur en provenance des espaces chauffés du logement et réduisent la sensation de froid. De plus, ils permettent d’éviter les déperditions thermiques, les rendant parfaits pour se protéger du froid.

Les stores, installés à l’extérieur, présentent l’avantage d’agir en amont du problème. Les stores extérieurs en toile, agissent ainsi comme un bouclier thermique, limitant l’impact des courants d’air froid contre la paroi.

Quelle que soit la solution retenue, il est crucial de veiller à la bonne régulation de la vapeur d’eau, car la concentration d’humidité amplifie la sensation de froid. Comme tous les espaces intérieurs, la véranda doit être correctement ventilée et aérée, même en hiver !